Ton chez toi

Nous avions ensemble choisi, lorsque nous avions emménagé, de vous faire partager une chambre, ton frère et toi afin que vous puissiez avoir une salle de jeu. Nous avions l’espoir aussi qui plus avec lui. Une énième dispute entre vous à propos d’une construction lego démontée… Des cris et des pleurs. Et puis tu as pris ton matelas pour le poser dans la salle de jeu, je t’ai aidé à déplacer le sommier.  Ça y est, tu as maintenant ta propre chambre !!

Je t’ai enfin donné une lampe de chevet, j’y avais renoncé car un Mini bricoleur démontait systématiquement toutes celles que nous posions dans votre ancienne pièce. Tu as mis  un tome de Gaspard Le léopard sur ta table de chevet,  et aussi un album de Claude Ponti, emprunté à la bibliothèque de l’école.

Tu as installé un grand tapis de gym, un peu usé et sauvé in extremis de la benne à ordure devant l’école, mais tellement confortable. Tu as repris ta petite table de nuit, ton énorme ours en peluche, celui qu’on ne sait pourquoi  nous appelons Octavio. Je me demande bien comment tu parviens à dormir avec lui posé sur un lit junior d’à peine 1,60 m !

Tu as emmené tes cartes Pokémon, et tu restes de grands moments dans ton lit à les contempler. Je ne saurai jamais ce qu’elles ont de si fascinant .Tu t’esclaffes tout seul en regardant la carte du « Grotadmorv » (c’est  l’évolution de Tadmorv, hilarant pour un CE1 !!).  Pour te faire rire, je te dis que ta petite sœur, avec son nez qui coule de bébé, est  un Pokémon infiniment plus puissant.  C’est encore si facile de t’amuser !

La chambre de mon petit garçon

Quand le filtre sépia atténue le désordre..

 

Tes vêtements vont commencer à partir de l’armoire que tu partageais avec ton frère, pour retourner dans ta commode de bébé, et dans la petite penderie où sont déjà accrochés quelques vêtements de Doudouce.   J’essaierai d’en mettre peu pour que tu puisses les gérer seul  plus facilement. La maîtresse, qui te juge particulièrement tête en l’air, m’a demandé de t’apprendre à t’organiser. Comme si je savais comment faire !!

Nous avons négocié le partage des jouets. Au prix de quelques larmes, la petite cuisine est allée rejoindre l’autre pièce. La poussette de poupon est descendue dans le salon, à la grande joie de ta petite sœur.  Les lego ont commencé leur migration du salon à ta nouvelle pièce, bien que nous n’ayons pas encore trouvé une solution pour qu’ils ne s’égayent pas dans toute la maison, au risque de finir aspirés. Le sort des playmobils reste en suspens.

cartes pokemon en vrac

Tu as monté ton alto, tes partitions, et le pupitre qui était le mien. Puis tu les as redescendus. Tu veux encore que je sois à côté de toi quand tu t’entraînes (« maman, c’est juste mon mi ??Et mon fa dièse ??? »).

Tu m’as demandé les clés de ta nouvelle chambre, que j’hésite à te donner car j’ai peur que tu les perdes. Devons nous te les donner sur un collier que tu mettrais autour du cou, ou de demander de les accrocher à un clou ? Tu m’as demandé aussi une tablette tactile pour le prochain Noël, ce qui t’éviterais de me chiper la mienne.  Là non plus, je ne t’ai pas encore dit oui, mais ce qui est sûr c’est que ce sera le premier Noël où tu ne croiras plus aux histoires de Grand Barbu.

Tu as pris pour toi ma pièce préférée, celle dont je m’étais amusée à choisir les couleurs alors que j’attendais ta petite sœur. La pièce où, sur les propositions de ton frère et toi,  j’ai osé le mur rouge orangé. C’est la pièce qui m’apaise, j’espère qu’il en sera de même pour toi. Avoir un endroit pour toi tout seul a déjà  l’air de te ravir. Et en te regardant choisir et aménager à ta façon, je mesure à quel point tu as grandi, toi que je commence à avoir de la peine à porter. J’ai l’impression de revivre des bouts d’enfance à travers toi.  Combien de temps à profiter ainsi de toi avant que tu t’envoles ?

 

Porter un déjà grand

Ce soir du mois d’août, nous avions décidé d’une sortie avec les trois enfants, à une séance de cinéma en plein air sur la plage,  à une grosse vingtaine de minutes de marche de chez mes beaux parents.  La petite Doudouce d’un an à peine dans le Manduca,  je décide d’apporter en prime une écharpe, me doutant que mon Quatre ans peinera à faire le trajet retour en fin de soirée. Le Six ans et nous avons apprécié La Famille Bélier, la petite a tété et dormi, tandis que le moyen jouait dans le sable.

Au retour, le papa a pris Doudouce sur son dos, et j’ai décidé de faire un petit plaisir au moyen  en le chargeant en kangourou dans l’écharpe. Pas facile de réussir le nouage à la taille d’un garçonnet d’un mètre cinq et de 18kg !! Il m’a fallu bien passer le tissu sous les fesses, le tendre et étaler au maximum les pans sur ses cuisses pour obtenir une position grenouille que Moyen a eu l’air de trouver si confortable…  Si confortable que je l’ai senti peu à peu se détendre, poser sa tête blonde et bouclée sur mon épaule, pour finalement s’endormir du sommeil du juste,  alors que j’avais la sensation qu’il pesait finalement à peine plus que sa petite sœur.

Et j’ai été émue. J’ai pensé que c’était peut-être bien la dernière fois que ce petit garçon s’endormait ainsi, lui qui tout bébé ne voulait que l’écharpe, lui qui refusait tout net transat, poussettes et lit à barreaux.  Lui que je sens parfois si en colère, que j’ai trop souvent du mal à comprendre, était lové contre mon dos, la tête sur mon épaule, son souffle caressant ma peau, dans la totale confiance de son sommeil d’enfant. Le dos arrondi,  ses grandes jambes repliées, dans la même position que celle où il dormait il y a déjà quatre ans, on aurait presque pu croire que l’écharpe avait grandi avec lui ! A ce moment, mon Moyen n’était que douceur.

J’aurais aimé que le trajet dure plus longtemps pour profiter de ce moment, mais il a bien fallu arriver. J’ai dénoué tout doucement l’écharpe et j’ai posé mon fils enroulé dedans dans son lit. Quatre ans auparavant il se serait sans doute réveillé en pleurant, lui qui a tellement grandi. Je l’ai embrassé sur le front et l’ai laissé à ses rêves, en me disant que je devais garder ce joli moment avec moi.

Un koala porte son petit

Je l’ai longtemps appelé « mon p’tit Koala », mon moyen 😉