Instit’ en panne

Je suis instit en maternelle, et jeudi dernier je n’ai pas pu aller bosser…

Je souffre de devoir préparer à la maison pour essayer d’offrir des choses enrichissantes à mes élèves tout en m’occupant de mes propres enfants. Je n’arrive plus à me partager ainsi. Au fil des années, c’est devenu de plus en plus pesant. Je crois aux capacités de mes élèves, sans exception à ce jour. J’ai toujours eu envie de transmettre et d’accompagner. Malgré ça, je me demande si je suis à ma place dans une classe.

Je suis plutôt chanceuse cette année, faut  l’avouer : une classe sympathique, pas (encore) de prise de tête avec les parents, une gentille ATSEM  presqu’à plein temps.  Et pourtant…

Poser ma fille à la crèche, s’arracher de sa douceur de bébé… Arriver à l’école pas autant sereine que ce qu’il faudrait. Se sentir un peu seule dans ce local de l’annexe,  finalement loin du reste de la maternelle. Se raisonner. Accueillir chacun par un mot, consoler, recadrer. Donner trop de consignes et d’explications pas toujours claires pour les enfants. Oublier des trucs, en perdre trop. S’énerver parce que la classe est mal rangée, et communiquer son malaise aux enfants. Râler et s’en vouloir après. Se dire qu’on fera mieux la prochaine fois, avec un peu plus de rigueur, ça devrait passer.

Être témoin de toutes les petites  violences qui font le quotidien d’une école. Y participer parfois, par fatigue, par réflexe, ou manque d’outils pour faire autrement.  Me dire que je n’aimerais pas que mes propres enfants soient traités ainsi.  Se demander qui a raison ou tort,  si ce n’est pas juste être à côté de la plaque de ne pas croire aux punitions ou d’autoriser les enfants à aller aux toilettes lorsqu’ils le souhaitent.

Entendre de beaux discours sur l’égalité des chances,  s’interroger sur sa pratique : doutes, frustrations, culpabilité…

Parvenir si peu à communiquer avec les collègues, passer pour la hippie de l’équipe. Se dire qu’on devrait faire plus d’efforts pour se faire accepter…

Fournir un travail insuffisant à la maison, ne plus arriver à planifier suffisamment son enseignement pour être un minimum efficace. Se dire qu’on va forcément progresser, qu’il suffit d’un peu de volonté. Appeler un conseiller pédagogique à la rescousse. Avoir malgré ça l’impression de piétiner, et de bouffer sa vie personnelle. Perdre peu à peu confiance en moi.

Avoir des doutes, sur le système et sur mes capacités d’enseignante. Des doutes amplifiés par une inspection qui ne se passe pas très bien, et à laquelle j’ai du mal à donner sa juste place parce qu’elle est venue taper là où je me sentais fragile. Etre comparée aux collègues, comme les collègues comparent les élèves. Se sentir fliquée par la hiérarchie, qui au fil d’années nous impose de plus en plus de choses. Devoir remplir des tonnes de papiers, pour l’inspection, le RASED, la médecine scolaire… Avoir le sentiment de perdre toute intelligence et faculté de discerner quoique ce soit.

Reprendre – un « petit » mi-temps pourtant-  après 16 mois de pause bébé. Se réjouir de la liberté offerte par la possibilité de poser la petite à la crèche un jour où je n’ai pas classe, et de celle offerte par le supplément de revenu. Se dire qu’on est chanceuse d’avoir un vrai emploi, qui plus est intéressant. Faire taire son malaise grandissant. Constater son manque d’entrain et en avoir honte. Se donner des coups de pieds aux fesses pour partir le matin. Préparer sa classe tout en empêchant la petite de taper sur le clavier de l’ordinateur, les grands de se battre, et en surveillant la cuisson du repas.  Se sentir encore inefficace, crier sur mes enfants, avoir du mal à supporter leurs pleurs. Sauter des repas par manque d’appétit, passer trop de temps sans dormir la nuit et se réveiller trop tôt le matin. Retenir ses larmes, le matin, à midi lorsque je profite de la pause pour avancer un peu, le soir en récupérant la petite. S’accrocher avec la crèche sur une histoire de biberon, avec la maîtresse du moyen pour des chaussures inadaptées. Se dire que mes Doudoux mériteraient une meilleure mère.  Pleurer. Se dire que ce n’est pas si grave, qu’on l’a un peu cherché, que c’est juste de la fatigue. Préparer sa classe pendant la sieste de la petite, essayer de relire les nouveaux programmes. Penser progressions, répartitions, évaluations.

Et puis ce brouillard qui me tombe dessus un mercredi après-midi en récupérant mes garçons,  et qui me fait appeler au secours sur Twitter. Se sentir épaulée par les gentils messages de ma Twit List, mon réservoir de gens bienveillants.  Espérer que c’est juste quelques heures de coup de blues. En vain.

Il ne m’a pas fallu longtemps avant de craquer, moins de trois semaines. J’ai du demander un arrêt maladie et surmonter ma honte d’expliquer ne pas m’en sortir. Je ne sais pas si j’arriverai à reprendre lundi, j’en doute un peu, et je n’ai pas envie de jouer le rôle du boulet de l’équipe. J’aimerais être plus courageuse, puisque rien n’est vraiment grave là dedans, mais je crois que je suis arrivée  au bout de ma réserve. Peut-être la limite au delà de laquelle on commence vraiment à entamer sa santé. Je me sens usée comme jamais.

J’aimerais reprendre mon boulot, être souriante,  efficace, et surtout ne plus rien ressentir. Bander sa volonté comme la corde d’un arc, et repartir encore.

Une part de moi se dit que c’est peut-être jouable, en se faisant aider, à la maison pour commencer, et aussi sans doute pour trier le bazar de mon cerveau.

Une autre part veut faire une pause, parce que je sens que j’en ai besoin .Reste d’abord à convaincre mon conjoint qui a du mal à me comprendre. Reste aussi à accepter de renoncer à beaucoup de choses. D’abord la baisse de revenu, même si ceux de mon conjoint cumulés avec le congé parental sont suffisants pour le courant, ce qui est déjà une sacrée chance.  Toute la famille va pâtir, au moins un peu, de mon fait.  Et moi je vais devoir renoncer à pas mal de petites envies qui m’inspiraient bien, comme celle de devenir monitrice de portage. La petite perdra sa place en crèche, alors qu’elle a l’air de s’y  plaire, ce qui m’attriste beaucoup et contrarie son père. Je devrai alors de nouveau la garder à plein temps, ce qui ne va pas m’aider à réfléchir à une éventuelle réorientation professionnelle. Car les droits au congé parental vont  trop vite s’arrêter et  je devrai décider si je reste instit ou pas. Arriver à me rendre ce job acceptable, mes propres enfant ayant grandi un peu, ou faire le deuil de l’école.  Pour l’instant je n’en sais strictement rien. Et c’est dur.

2015-09 je suis en vie

Merci à Jack Koch pour l’illustration ! http://www.dangerecole.blogspot.fr/

12 réflexions au sujet de « Instit’ en panne »

  1. De douces pensées pour toi, à défaut d’autre chose.. Et si tu as besoin de venir discuter d’autre chose que de WP, je suis toujours dans le coin. Je suis cette maman, au foyer, un seul petit salaire qui tombe, et qui jongle avec pas mal de choses (surtout avec le manque d’argent en fait ^^). Alors je ne peux pas te dire, pour ton métier, mais on peut discuter, toujours un peu, du reste 🙂
    Des bisous, Dame.

    • Oui, je sais où te trouver, merci <3 Pas facile le métier, j'ai conscience de la chance que j'ai, en même temps, pff... Trop de fatigue accumulée je crois. Plein de courage à toi aussi, je crois que tu as beaucoup de balles à garder en l'air 😉

  2. Notre métier n’est pas évident car il est chronophage et il est difficile de se dire STOP car il y a toujours quelque chose à faire !
    Pas évident de trouver un juste milieu.
    Bon courage

  3. Je découvre ton blog grace à hellocoton et je ne m’attendais pas à un article si touchant … Bravo d’abord pour ta jolie plume, tu as un véritable talent. Et prends du temps pour toi, écoute tes émotions, c’est parfois difficile… Le petit ras le bol de la rentrée § Bon courage à toi et plein de bisous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *