Plumes et paillettes

Cette semaine, pour la partie écrit de « un défi ou un écrit »nous sommes invités à plancher sur “Plumes et paillettes”. Peut-être bien qu’Agoaye avait en tête, lorsqu’elle a imaginé ce sujet, le côté à la fois festif, léger et réconfortant de ces deux accessoires. Hélas, je n’apprécie guère ni les plumes, ni les paillettes. Elles m’évoquent la gaieté qui me fait trop souvent défaut. Voilà donc un vrai défi que je choisis de relever ! Et je serai bienveillante avec ma maladresse, puisque je veux que chaque écrit me permette de progresser.

Plumes qui jonchent le sol de l’immense volière de mon ami. J’en respire la lourde odeur, j’écoute les pépiements des occupants, et m’attendris devant l’oisillon fraîchement éclos.

Plumes arrachées de l’oiseau attrapé par le chat. Ou pire, celles de l’oie plumée à vif, pour un duvet ou un oreiller.  Comme je déteste ces plumes de souffrance !

Plume trouvée lors d’une promenade en forêt, et qui complétera la coiffe d’indien d’une fillette ravie.  Morceau de nature si fragile qu’il s’abimera bientôt sous des doigts maladroits et étourdis, et que des adultes jetteront en douce.

Plumes sur l’imprimé du tee-shirt de ma fille, oublié depuis trop de mois sur un cintre et retrouvé hier, comme un clin d’œil du destin au défi de la semaine !

Tee-shirt noir à plumes

Elle ne dort pas, elle tète 😉

Les paillettes “pour décorer les dessins”, sorties du placard de la maîtresse, lors d’un coup de mou pédagogique.  “ Maîtresse, elles sont belles ces paillettes !! “.  Les petites touches dorées qui s’incrustent sur les joues et les cheveux, au grand ravissement des enfants. Les paillettes font décidemment partie de l’arsenal pour instiller un peu de douceur dans le train-train de la classe.

Les paillettes dans le placard de l’entrée, achetées pour occuper les Doux. Sans elles, nos traditionnels bricolages de Noël perdraient sans doute de leurs charmes.  La boîte, pourtant bien fermée, a été renversée par terre par un bébé astucieux, sous les hurlements agacés des aînés. Nous serons envahis de paillettes pendant quelques jours. Minuscules, elles savent se défendre face à l’aspirateur.  Parfois, je me laisse prendre au jeu et m’empare du vernis-colle pour « décorer » moi aussi. Pourtant, je n’ai pas souvenir d’avoir joué avec des paillettes enfant. Ce n’était pas encore très répandu ou bien  j’étais une petite fille trop sérieuse. Où est-ce parce que j’ai appris, plus ou moins explicitement, que le futile c’était mal ?

Photo de paillettes

Collage de paillettes, pas plus tard qu’hier soir.

Les paillettes, touches de couleur jaune, dans l’iris bleu d’un être aimé. Bien que je le connaisse depuis presque vingt ans, j’ignore de qui il a hérité cette couleur.

Les paillettes que le soleil allume dans la neige, une matinée d’école buissonnière avec mon fils aîné. Collés l’un contre l’autre, skis aux pieds sur le télésiège, nous admirons les sapins et guettons les écureuils. J’écoute son bavardage, léger mais déjà pertinent, et je me demande quelle reine a un tel privilège. J’aime ces paysages et cette liberté arrachée au quotidien.

Les plumes et paillettes, enfin, ce sont aussi celles des réseaux sociaux, de nos comptes Facebook ou Instagram. Ce sont les faces légères de nos existences, toutes ces jolies photos qui laissent croire que leurs auteurs mènent une vie rêvée.  Les likes et les commentaires font toujours du bien, même si peu l’avouent franchement. Etre bienveillant, c’est parfois voir cet étalage comme une revanche sur une réalité bien plus morne. « Show must go on » et le virtuel sait se faire un instant réel.

 

Voilà j’en ai terminé. J’ai du me creuser un peu la tête pour pondre ces quelques lignes, mais finalement j’aime bien mon texte. Merci à Agoaye pour son idée, et aussi à ceux qui m’ont lue jusqu’au bout.