Journal de mon Nano semaine 2

C’est pour moi le moment de faire le bilan de ma deuxième semaine de naNoWrimo et de l’avancement de la sorcière de Loord (ça tombe bien j’ai encore un peu d’énergie pour le faire)

En chiffres, cela donne cela :

DateMots écritsTotal
l8/11 203715699
9/11029615995
10/11201018005
11/11210920114
12/11169021804
13/11211723921
14/11200825929
15/11187727806
J’ai donc atteint les 50% du défi, d’après les statistiques du site nanowrimo.org, je vole légèrement au-dessus du « path of success » avec une fin estimée ce soir le 27 novembre.

Mon ressenti après cette deuxième semaine :

Cette deuxième semaine l’enthousiasme et l’euphorie des débuts sont largement retombées. Le challenge devient fatigant

Déjà parce qu’il est difficile de caser mes trois ou quatre heures d’écriture par jour dans ma vie déjà bien remplie… Et surtout il est difficile de gérer les interruptions. (dont les « mais c’est pas bientôt fini ce nano dit ?? » des enfants). Je le fais pour trente jours mais cela ne serait pas tenable sur plusieurs mois. Ensuite parce que je commence à rentrer dans la partie de mon histoire qui est franchement hésitante. En gros je ne sais pas vraiment ce que je vais raconter d’un jour à l’autre, et lorsque j’ai prévu quelque chose j’en dévie assez facilement.  Les fiches et les plans du début sont bien loin L’angoisse de la page blanche n’est jamais loin

Pour autant le challenge demeure toujours motivant et stimulant

Tout d’abord parce que je suis surprise par le nombre de pages que j’ai pu écrire en si peu de jours. En faisant le nano, on donne un sacré coup de collier et c’est vraiment un plus de voir son projet avancer à pas de géant.

Faire cette deuxième semaine de nano m’a vraiment obligée à commencer à aller chercher des ressources personnelles pour avancer régulièrement. J’ai dû me forcer certains matins à écrire j’avoue. J’ai pris le parti de rédiger certaines parties dont le déroulé n’était pas claire dans ma tête en me disant que :

le meilleur moyen d’avoir de l’inspiration était sans doute d’agir comme si l’on était inspiré. Et cela finit par marcher. Enfin parfois, je vais pas dire non plus que les muses ont élu résidence dans ma maison

– cela pourrait être une bonne idée de fatiguer mon style en écrivant beaucoup, j’écris parfois comme si j’étais encore doctorante à la fac et je trouve mon style parfois un peu trop soutenu, voire ampoulé ou lourdingue.   Le marathon pourrait peut-être me permettre de « désapprendre » et revenir à une expression plus personnelle

– Cela me permettrait d’apprendre à privilégier la quantité sur la qualité, et à ce stade cette méthode m’empêche de me censurer trop tôt. Je vais avoir sans doute un gros travail de réécriture, mais au moins j’aurai un support quasi brut pour commencer ce travail.

Bref j’expérimente et c’est chouette.

A vrai dire, j’espère vraiment arriver aux 50 000 mots et savourer cette victoire comme il se doit. Je ne suis pas sûre encore de réussir, car il faut « tenir » environ deux semaines malgré les petites maladies d’hiver (on croise pour que les enfants ne me ramènent pas le Covid de l’école), la fatigue, le découragement, le « j’ai plus rien à dire de toute façon c’est nul » ou tout simplement la flemme. Mais sinon le NanoWrimo serait pas un défi.

toujours fan de la page stats 😉

Fais passer !

1 réflexion sur « Journal de mon Nano semaine 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *